J’aurais le plaisir d’intervenir au colloque qui se tiendra à la Société de Géographie sur le thème « La géographie militaire, un savoir stratégique pour les armées françaises depuis le XIXe siècle » le 13 mai prochain.

Ce colloque est organisé sous la direction de Philippe Boulanger (Professeur à Sorbonne Université Lettres, laboratoire Médiations) et du Colonel Arnaud de Vachon (chef du bureau géographie hydrographie océanographie météorologie du Commandement pour les opérations interarmées), en partenariat avec l’Institut de recherche stratégique de l’École militaire.

Intitulée « La géographie militaire à l’aune de la cartographie collaborative », mon intervention sera l’occasion de revenir sur l’intérêt que représente la cartographie collaborative pour améliorer la connaissance de l’environnement opérationnel pour les forces armées.

Pour découvrir le programme du colloque c’est ici.

Résumé

Les géographes militaires ont toujours été au défi d’établir une cartographie fidèle de l’environnement opérationnel en jonglant entre d’importantes contraintes (niveau de connaissance, de précision, d’actualisation et de temps), imposées par les opérations mais aussi par les moyens dont ils disposent. Si les nouvelles technologies de l’information ont ouvert de nouvelles perspectives quant à la possibilité de produire et d’échanger des informations géolocalisées plus rapidement, il n’y a pourtant pas eu de rupture conceptuelle majeure dans ce domaine.

La vision descendante et cloisonnée de la majorité des systèmes d’informations utilisés par les armées n’a laissé que peu de place à l’intelligence collective, pourtant propice aux retours d’expériences. Dès le début des années 2000, les nouvelles pratiques du « Web 2.0 » ont pourtant rendu possible d’impliquer chaque membre d’une organisation pour participer à la création, la collecte et l’analyse d’informations.

Cette révolution des pratiques de production traditionnelles, c’est ce que l’on appelle le Crowdsourcing ou encore le Community Sourcing lorsqu’il est appliqué à une organisation. Appliquée au monde des armées, elle renforce le rôle de chaque combattant en tant que maillon essentiel de la chaîne pour prendre « l’empreinte » du terrain.

Si ce concept semble brouiller la frontière entre producteurs et usagers des informations, il apporte un vent nouveau sur la géographie militaire. Les conflits en Irak et en Afghanistan ont poussé certaines armées à s’intéresser de près à ces outils collaboratifs pour faciliter le partage des connaissances et la remontée d’informations fiables et actualisées.

Certains de ces outils d’ailleurs sont aujourd’hui devenus essentiels aux combattants et leur permettent de faire face plus efficacement à des environnements complexes et en constante évolution. Le succès du système Tactical Integrated Ground Reporting (TIGR) au sein de l’US Army illustre le bienfondé de cette démarche dans le contexte militaire et ouvre des perspectives plus qu’intéressantes quant au développement d’une nouvelle conception de la géographie au sein des forces armées.

2 réflexions sur “La géographie militaire, un savoir stratégique pour les armées françaises depuis le XIXe siècle.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s