Meilleurs vœux 2019

2019.jpg

En cette nouvelle année, je vous souhaite à tous mes meilleurs vœux, en espérant que cette année 2019 rime avec passion, énergie et succès!

Pour démarrer l’année du bon pied, je vous propose de revenir rapidement sur les événements marquants de 2018, avant d’explorer quelques unes des nombreuses surprises que nous réserve cette nouvelle année 2019.

2018, un très bon cru pour le GEOINT

Riche en lancements de satellites, en innovations, en acquisitions et en partenariats stratégiques, l’année 2018 s’est avérée très riche pour le GEOINT et s’achève sur de nombreuses annonces importantes. En témoigne le récent lancement avec succès du nouveau satellite d’observation du Ministère des Armées CSO, mais aussi l’annonce d’autres événements marquants, tels que le lancement du premier satellite GPS Block IIIA de nouvelle génération, la mise en orbite des derniers satellites du système de positionnement par satellite Chinois Beidou-3, du rachat de Boundless Geospatial Inc par la société Planet, du lancement de l’offre AWS Gound Station d’Amazon taillée sur mesure pour les acteurs de la donnée spatiale, du prolongement de trois ans du contrat EnhancedView entre le National Reconnaissance Office (NRO) et DigitalGlobe, ainsi que pour finir, du rapprochement entre Airbus Defense & Space et différents acteurs spécialisés dans le domaine de l’IA comme Descartes Labs, Orbital Insight et Spacenow, sans oublier au passage son partenariat avec la société Planet, pour étoffer son offre en imagerie.

Le paysage du GEOINT ne cesse de se réinventer et les événements de l’année 2018 soulignent cette effervescence. Si le milieu est si actif, c’est avant tout grâce au rythme soutenu des innovations technologiques dans de multiples domaines, dont notamment le domaine spatial, des drones ainsi que de l’Intelligence Artificielle. L’espace joue en effet un rôle croissant dans le développement de solutions globales et ouvre de nombreuses perspectives grâce aux multiples constellations d’observation (Optiques, Radar, AIS, RF, etc…) qui se mettent en place. L’année 2018 aura vu l’émergence de nouvelles constellations et la montée en puissance de nouveaux acteurs, grâce aux lancements remarqués des premiers satellites des sociétés Blacksky, Earth-i, Capella Space, Hawkeye 360 et Iceye.

Souvent sous les projecteurs des médias, les constellations de petits satellites ne représentent pourtant que la partie émergée de l’iceberg, les autres domaines qui contribuent à révolutionner le secteur sont tout aussi dynamiques. L’essor des applications basées sur l’IA sont notamment un signe du développement de cette nouvelle économie de la donnée basée sur l’analyse des données spatiales et autres géo-informations. Elles nous permettent d’envisager de nouveaux services qui viendront demain, alimenter notre quotidien.

Quelles perspectives pour 2019 ?

Et si 2019 était l’année où l’on osait croire en l’impossible et où il deviendrait possible de défier les grands challenges du GEOINT ? C’est en tout cas ce que laisse présager les récents développements technologiques dans les domaines de l’Intelligence Artificielle, de l’informatique en nuage, des drones et de la miniaturisation des satellites. La nouvelle course à l’espace ainsi que la course à l’IA annonce une année 2019 palpitante et pleine de promesses, mais les défis restent encore nombreux.

La course au développement de l’Intelligence Artificielle va indéniablement se poursuivre en 2019 et restera un des axes majeur de la révolution en cours dans le monde du GEOINT. Si son potentiel est connu, le champ des possibles reste encore largement à explorer pour répondre à des problématiques diverses.

  • Si l’année 2018 a brillé par le développement d’applications concrètes en la matière, l’IA doit aujourd’hui transformer l’essai et s’affirmer en conditions opérationnelles (ce que le Pentagone s’est empressé de faire avec le projet MAVEN dès fin 2017).
  • L’intégration de l’IA auprès des intelligences humaines reste également un défi de taille afin de déterminer l’équilibre entre l’humain et l’automatisation du processus d’analyse.

Le New Space offre des perspectives de croissance qui semblent encore aujourd’hui sans limites. Il s’y déploie une économie globale de la donnée à travers le développement de nombreuses constellations de petits satellites. De nombreux lancements sont encore attendus en 2019.

La réalité augmentée est une technologie prometteuse qui continue d’attirer à bien des convoitises. En témoigne le contrat de 500 millions de dollars remporté en décembre 2018 par Microsoft pour fournir des casques de réalité augmentée à l’US Army. Si les technologies compatibles deviennent aujourd’hui plus accessibles (smartphones, dispositifs de vision), le développement de la RA impliquera de grands bouleversements dans la manière de gérer et représenter les données spatiales.

Les drones continuent leur mue, tant sur le plan technologique que sur le plan législatif,  grâce notamment à l’entrée en vigueur en 2018 d’une nouvelle législation européenne qui facilitera leur emploi. Du côté technologique, l’industrie du drone bénéficie des développement de l’IA et de l’informatique pour proposer des services à valeur ajoutée toujours plus performants, tels que l’orthorectification en temps réel des images capturées en vol.

Mais le principal défi de cette année sera probablement l’éducation. La rapide évolution des technologies et de la discipline intéresse désormais de nombreux métiers pour lesquels il faut adapter les formations, sensibiliser davantage sur l’usage des nouveaux outils et mieux comprendre le plein potentiel du GEOINT. Paradoxalement, si les outils se veulent plus accessibles, le haut niveau de technicité des solutions qui sont mis en place nécessite aujourd’hui toujours plus de spécialistes.

Vers une plus grande ouverture de la discipline ?

Outre de nombreux lancement prévus, l’année 2019 nous réserve encore de nombreuses surprises. Du scandale des données de localisation suite à la publication d’une carte par STRAVA au suivi quasi temps réel des avions ravitailleurs qui ont participé au raid contre la Syrie en avril 2018 grâce au site Flightradar24, jusqu’au floutage récent des infrastructures sensibles du service cartographique de Yandex, l’année 2018 a réaffirmé notre entrée dans un monde où l’abondance des données met nos capacités de traitement et la confidentialité à rude épreuve, un monde où les données ouvrent autant de perspectives que de défis.

L’usage du GEOINT se développe dans nombreux secteurs et les outils comme les données spatiales deviennent de plus en plus accessibles. Cette banalisation facilite le développement de nouvelles applications pouvant répondre à des problématiques très variées, que ce soit au profit d’entreprises privées, des territoires, du développement des villes intelligentes ou du domaine de la sécurité et de la gestion de crise. Les données géospatiales s’invitent aussi de plus en plus régulièrement dans le journalisme comme dans le débat public, preuve que la discipline continue de se démocratiser.

A ce titre, je salue les événements qui contribuent à l’ouverture de la discipline en France, tels que le séminaire « Géographie, Geospatial Intelligence et Intelligence artificielle : Quelles nouvelles perspectives et quels défis ? » animé par Philippe Boulanger en partenariat avec Thales, Les journées nationales Géonumériques organisé par l’Afigéo et Décryptagéo ainsi que la conférence SIG organisée chaque année par ESRI France.

Encore une fois, bonne année 2019, et à très bientôt pour de nouveaux articles.

Jean-Philippe Morisseau

 

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s