La décennie décisive du GEOINT (2ème Partie)

Suite et fin de l’article sur l’origine du GEOINT. Si les grands événements de cette décennie ont façonné le GEOINT que nous connaissons aujourd’hui, cette deuxième partie met également en relief le lien fort entre la NGA et les entreprises et le dynamisme qu’il a apporté au GEOINT tout au long de cette décennie à travers les innovations technologiques et initiatives de ces acteurs. La création d’une communauté autour du GEOINT a été un élément déterminant pour permettre à l’industrie d’avancer et pour accélérer l’innovation.

La discipline du GEOINT a encore de belles années devant elle avec encore de nombreux défis à relever, nous ne pouvons qu’espérer un tel développement dans l’hexagone et de rassembler à la fois les domaines de la défense, de la recherche et de l’industrie. L’initiative de la DRM en la matière avec l’annonce de la création d’un Intelligence Campus Entreprises marque en tout cas le début d’une nouvelle ère pour le GEOINT français.

Jean-Philippe Morisseau

Une véritable révolution

Bien que l’origine du GEOINT remonte à la formation de la NGA et qu’il a mûri à travers les conflits en Iraq est en Afghanistan, il ne faut pas oublier que la discipline a également été influencée par les innovations en la matière. Les avancées significatives des technologies commerciales telles que les suites SIG des éditeurs (ESRI, Intergraph, etc…), le GPS, les services de géolocalisation et bien sûr le développement de l’imagerie commerciale.

« Il y a eu plusieurs événements déterminants dans la communauté civile qui ont poussé le GEOINT en avant » David Messinger, Directeur du Digital Imaging and Remote Sensing Laboratory at the Rochester Institute of Technology’s Chester F. Carlson Center for Imaging Science.

Lorsque le président George H.W. Bush signa le Land Remote Sensing Policy Act en 1992, les entreprises privées ont été autorisées à entrer dans l’industrie des images satellite pour la première fois. Deux de ces sociétés, Space Imaging et DigitalGlobe, ont lancé leurs propres satellites commerciaux : IKONOS et QuickBird en 1999 et 2001. Ces deux sociétés ne font maintenant plus qu’une.

Des entreprises comme DigitalGlobe ont produit des images satellitaires du monde entier qui pour la première fois n’étaient pas uniquement réservées aux gouvernements. Et cela a complètement changé la donne.

C’est à cette même époque de l’avènement des satellites commerciaux que le président Bill Clinton ordonna en 2000 à l’armée américaine de désactiver la « selective availability » qui dégradait volontairement le signal GPS pour toute utilisation commerciale du service. La combinaison de l’imagerie spatiale haute résolution et du positionnement GPS de grande précision ont créé une masse critique pour les services basés sur la localisation incluant également les systèmes de navigations.

En 2001, la direction d’Innovision de la NIMA a collaboré avec In-Q-Tel (une entreprise privée à but non lucratif fondée par la CIA) pour financer une start-up baptisée Keyhole, une société d’édition de logiciels dont l’application Earth Viewer, permettait de superposer des cartes sur des images satellites. L’introduction de technologies comme Keyhole faisait partie des efforts de la NIMA pour transformer ses activités de renseignement et la manière de servir ses clients. La NIMA a immédiatement utilisé cette technologie pour soutenir les troupes américaines en Iraq. En 2004, Google a acquis la société Keyhole, et a relancé Earth Viewer en tant que Google Earth en 2005, qui a rapidement connu un succès retentissant depuis. Le logiciel Google Earth été téléchargé plus d’un milliards de fois.

« En rachetant Keyhole, Google a révolutionné tout le concept de carte en ligne et a rendu la donnée géospatiale omniprésente dans le monde » Don Vance, Boeing.

L’Open Geospatial Consortium a été créé en 1994 pour développer des standards ouverts destinés aux contenus et services cartographiques a également participé à cette omniprésence.

« La création de normes ouvertes qui permettent aux systèmes de communiquer et d’interopérer est l’un des développements favorables qui ont permis au GEOINT commercial et à la cartographie en ligne de prospérer. » Don Vance

Cette prospérité a aidé le GEOINT à progresser très rapidement en une décennie, le phénomène s’est intensifié grâce à l’adoption rapide de produits géographiques sur étagère. La révolution commerciale s’est étendue à la NGA en 2003, avec la création des programmes d’acquisition d’images commerciales ClearView et Next-View. La clé de cette expansion était avant tout la disponibilité d’images de haute résolution non classifiées pouvant être partagées entre les différentes agences fédérales pour la première fois.

« Les technologies civiles ont provoqué une explosion à la fois dans les sources et les exploitants du GEOINT » déclara Letitia Long. «  Dans le passé, seul le Departement Of Defense et la Communauté du renseignement avaient accès à des images de haute résolution ainsi qu’à d’autres types de sources en raison de leur nature classifiée. Désormais, n’importe qui peut acheter des images de haute qualité et télécharger des photos ou vidéos géotaggées librement sur Internet. N’importe qui peut maintenant être à la fois un producteur, consommateur et exploitant de données géospatiales.

Il en résulte une véritable démocratisation de la télédétection, des données de localisation précises, et surtout des informations géolocalisées qui ont et continuerons d’avoir des implications majeures dans les futures itérations du GEOINT.

Un événement déterminant

Lorsque l’Ouragan Katrina a dévasté la Nouvelle Orléans en 2005, la prolifération de l’imagerie commerciale pour soutenir les efforts des secours a permis de reconnaître immédiatement l’utilité du GEOINT à un sens plus large.

katrina1smL’histoire de la NGA montre que peu d’approches du renseignement offrent un contexte aussi universel et renseigné que le GEOINT peut fournir. Par exemple, dans la réponse souvent critiquée par le gouvernement fédéral à la catastrophe de l’ouragan Katrina en 2005, la NGA et le GEOINT ont reçu des éloges singulières dans l’évaluation finale du soutien critique sur place et à la réalisation d’une Common Operationnal Picture nécessaire à la subsistance et au rétablissement de la situation.

Après la tempête, le GEOINT a permis de créer une visualisation du désastre que les premiers intervenants ont utilisé pour évaluer les dommages et sauver des vies. En conséquence, la NGA était maintenant autant concentrée sur le territoire national que sur les zones de conflits extérieurs.

« La NGA répété ces efforts importants de nombreuses fois depuis la tragédie de la nouvelle Orléans. »  Letitia Long. « Les catastrophes naturelles et industrielles qui ont frappé Haïti et Fukushima au Japon ne sont que quelques exemples du rôle de premier plan que le GEOINT et la NGA jouent dans la réponse humanitaire aux perturbations physiques et sociales ainsi qu’à la contamination radioactive d’un territoire. »

Bien d’autres événements marquants ont permis au GEOINT de prouver sa valeur au cours de la décennie; la catastrophe de la plateforme pétrolière Deepwater en 2010 où le GEOINT a permis aux gardes côtes américains de placer des barrages flottant, ou encore lors de la tempête Sandy en 2012 lorsque le GEOINT a été utilisé pour réaliser des analyses prédictives des risques. Les produits de la NGA ont également servi lors du typhon des Philippines en 2013 pour fournir une aide d’urgence dans les zones les plus dévastées. Même l’organisation du Super Bowl a bénéficié du GEOINT.

Du renseignement à l’industrie

Les réalisations de la NGA sur le territoire national et à l’étranger constituent la colonne vertébrale autour de laquelle le GEOINT s’est musclé. Le cœur de la discipline, est quant à lui la grande communauté qui a fusionné autour d’elle.

« La NGA est un membre fondateur de la Communauté du GEOINT, mais pour qu’elle réussisse, il faut continuer à se concentrer sur la conduite et le développement de l’industrie pour la soutenir. » Chris Bellions, vice-président des opérations de BAE Systems Global Analysis & Operation Group.

Parce qu’il avait compris ce concept, Stu Shea (Président et COO à Leids) a mené la création de l’United States Geospatial Intelligence Foundation (USGIF) en janvier 2004. Un organisme éducatif sans but lucratif qui se consacre à l’avancement du savoir-faire de l’industrie. L’histoire de l’USGIF est un fil important dans le tissu de la Communauté GEOINT.

« L’USGIF a évolué et mûri en quelque chose d’assez efficace. Il a beaucoup fait pour instancier et dynamiser la discipline du GEOINT. Il y a en particulier un forum formidable pour relier le gouvernement et l’industrie ce qui reste un défi pour la communauté du renseignement. » Lt. Gen James Clapper.

Le concept de l’USGIF est né lors d’un rassemblement entre grands acteurs du GEOINT mené par l’industrie en octobre 2003. Cet événement initial a été planifié par un groupe qui deviendrait plus tard les membres fondateurs et les leaders de l’USGIF. L’événement GEO-INTEL fût le précurseur de l’événement phare de l’USGIF, le GEOINT Symposium. Cependant, les partenaires de l’industrie et du gouvernement qui se sont réunis en 2003 savaient aussi qu’une assemblée annuelle ne serait pas suffisante pour bâtir la communauté. Peu de temps après le GEO-INTEL, l’USGIF fût créé et le premier GEOINT symposium officiel eu lieu à la Nouvelle Orléans en novembre 2004. En janvier 2014, l’USGIF a fêté son 10ème anniversaire et avril 2014 marqua le 10ème anniversaire du GEOINT Symposium.

Au cours de cette décennie décisive, l’USGIF a atteint l’ensemble du gouvernement fédéral, États et des collectivités locales, ainsi que l’industrie et les universités, et ce dans le but d’aider la discipline à prospérer. La Fondation a créée au-dessus de ses trois piliers: construire la communauté, faire avancer l’industrie et accélérer l’innovation, une véritable communauté. Aucune autre discipline du renseignement n’a de fondation ou d’association dédiée, et c’est peut-être parce que GEOINT se distingue par son omniprésence dans la vie quotidienne.

Ce qui est unique avec le GEOINT est qu’il existe en tant discipline à part entière, en prenant sa place aux côtés des disciplines traditionnelles du renseignement traditionnelles, mais il a aussi cette dimension transverse dans laquelle il constitue le fondement de l’intégration des opérations et du renseignement. Simplement mis en oeuvre, il apporte « la localisation » à l’équation. Il y a aussi eu une révolution géospatiale au cours de la dernière décennie, dans laquelle ce domaine a littéralement explosé sur le plan commercial.

LE GEOINT : 10 ans plus tard

Au cours de la décennie qui a suivi la formation de l’USGIF, il est tout à fait probable que l’activité de production de renseignement géolocalisé ait été plus importante que celle des décennies précédentes cumulées. L’aboutissement de ces nombreux obstacles surmontés et compétences durement acquises est le gain en efficacité du savoir-faire sur ces 10 dernières années.

L’un des événements les plus significatifs dans l’histoire du GEOINT fût également selon Letitia Long la formation de l’Allied System for Geospatial Intelligence (AGS) en 2009.

«Notre relation avec l’ASG, composée des États-Unis et de nos quatre alliés les plus proches, continue de prendre de l’importance, car nous sommes tous confrontés à des budgets contraints, à des demandes de plus en plus nombreuses et à des menaces croissantes.» Letitia Long. «Étant donné que GEOINT a pour but de localiser n’importe quel type d’information sur le globe, la collecte et l’analyse des sources GEOINT ainsi que la production de renseignements opportuns, précis, pertinents et opérationnels nécessitent des partenariats internationaux solides. Nous démontrons tous les jours la valeur de nos partenariats internationaux dans les crises du monde entier. »

En tant que cinquième directeur de la NGA, Letitia Long a assumé le leadership de l’agence en 2010,  un an après que la NGA ait été désigné comme étant officiellement en charge du GEOINT. Son discours fondateur lors du Symposium GEOINT 2010 a introduit une nouvelle stratégie pour la NGA centrée sur deux objectifs principaux: créer un accès en ligne, contenant des produits GEOINT accessibles sur demande et améliorer l’expertise analytique de NGA. Cette vision a été officialisée en 2012 lorsque la NGA a publié le rapport «NGA Strategy 2013-2017»

Bien qu’elle comporte une nouvelle série de défis, la vision de Letitia Long représente un tournant passionnant pour le GEOINT à l’aube de sa deuxième décennie. De plus en plus d’organismes de la communauté du renseignement considèrent le GEOINT. Des satellites toujours plus précis continuent d’être construits et lancés, les CubeSat sont progressivement mis en orbite par des start-up innovantes et non traditionnelles font leur apparition. Les smartphones et les appareils du quotidien connectés forment désormais ce que l’on appelle l’Internet des objets, ils ont aujourd’hui démocratisé la géolocalisation en quelque chose de tellement commun que nous pouvons être sûr de voir des applications de encore plus innovantes qui feront la force du GEOINT de demain.

« Les progrès de la dernière décennie sont tout à fait remarquables et c’est ce qui rend l’avenir de la prochaine décennie incroyablement excitant », a déclaré Keith Masback, PDG de l’USGIF. «Il est essentiel que nous nous concentrions sur la formation et le métier de la population, car même lorsque les technologies changent, ce sont les gens qui doivent travailler avec et au sein des technologies et des réseaux. L’USGIF restera focalisé sur les personnes, car elles sont au centre de tout cela. Le plus puissant, agile processeur sur le net est encore le cerveau humain. « 

Article original: http://trajectorymagazine.com/component/k2/item/1683-the-defining-decade-of-geoint.html

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s